HEADERIMAGE
 
back

 
31. January 2013   |   No Comments

Le billet de Petite Classique – Préface

2013 s’installe et me voici lancée dans une nouvelle aventure avec la Philharmonie Luxembourg. Depuis bientôt deux ans, j’ai le plaisir de partager occasionnellement sur ce blog quelques critiques de concert et billets sur plusieurs chefs ou artistes. La Philh m’offre désormais l’opportunité de me livrer chaque mois à l’exercice amusant de l’éditorial. Evidemment, je n’ai pas pu refuser. La Philharmonie est un peu ma 2e maison luxembourgeoise. Et plus qu’une grande salle de musique, elle est surtout une salle du XXIe siècle.

J’ai découvert la Philharmonie Luxembourg un soir de 2006. Je me souviens d’un duo lyrique, mais je ne saurais en dire plus. À l’époque, écrire sur le classique ne faisait pas encore partie de mes plans et je vous avoue que je ne faisais pas franchement attention aux détails. Mais l’endroit m’avait déjà conquise et ce que j’avais pu voir de la programmation me laissait croire que la Philh faisait déjà partie des grandes salles de ce monde.

Cinq ans plus tard, je m’installais pour de bon dans la région. La saison 2010-2011 battait son plein et la saison prochaine venait d’être dévoilée. Des affiches de Riccardo Muti, le chef qui ouvrait la saison 2011-2012 (et entre parenthèses mon chef préféré) parsemaient les rues de Luxembourg. Je comprenais alors que la Philh et moi allions très vite devenir bons amis. Il faut dire que sa lourde programmation (dans les deux sens du terme – Avez-vous déjà soupesé le « book » de la saison ?…) permet de ne jamais s’ennuyer.

Riccardo Muti (credit: Lelli Masotti)

Riccardo Muti (credit: Lelli Masotti)

La dernière saison s’annonçait particulièrement haute en couleurs. Avec pas moins de trois nouveaux cycles, quatre séries de concerts « festifs » et l’arrivée officielle de l’Orchestre Philharmonique de Luxembourg sous son toit, le programme déjà bien chargé de la Philh prenait encore du galon et honorait plus que jamais l’expression « vivre avec son temps ».

Car non, la programmation de la Philharmonie ne renie pas son époque. Bien au contraire. A l’heure où le classique s’éloigne dangereusement de la sphère de la culture « mainstream », la Philharmonie prend à cœur sa mission éducative. Plus de vingt abonnements sont proposés aux enfants et adolescents de 3 à 17 ans (victimes de leur succès, mieux vaut se lever tôt pour réussir à en acheter un !). Trois formules sont également consacrées aux adultes pour leur faire découvrir la musique classique autrement.

La Philharmonie promeut la musique ou, devrais-je dire, les musiques. Classique, jazz, baroque, contemporaine, pop, musique d’enfant ou de mélomanes avertis, musique en tenues de soirée ou pantalon de yoga. La Philharmonie rappelle à quel point la musique est universelle et s’apprend d’abord par le plaisir de l’oreille. Cette musique qui fait dodeliner le public, sautiller les enfants, frissonner les grands.

Cecilia Bartoli (photo: Sébastien Grébille)

Cecilia Bartoli (photo: Sébastien Grébille)

Et question 2.0, la Philharmonie n’est pas en reste. Une page Facebook réactive, un compte twitter et ce blog polyglotte, une application iPhone/iPad pour faire découvrir un compositeur méconnu, et depuis peu des playlists mensuelles. Il ne manquerait plus qu’un « Digital concert hall » à la lumière de celui du Berliner Philharmoniker (passons, l’air de rien, un petit message).

La Philharmonie Luxembourg n’oublie pas encore la tradition. Elle y a même renoué en complétant sa programmation par les traditionnels concerts de Noël et de Nouvel An qui manquaient à son arc. Et pour ne pas faire les choses à moitié, elle y a ajouté un concert de Pâques et un concert d’été.

Voilà, c’est pour toutes ces raisons que lorsque la Philharmonie Luxembourg m’a proposé d’écrire tous les mois un éditorial sur sa toile, je n’ai pas réfléchi longtemps avant d’accepter. La Philharmonie fait partie de ces salles qui ont compris ce que devait être la musique classique aujourd’hui. Et je suis fière de pouvoir participer à son engagement.

 

Rendez-vous dans quelques jours pour mon premier « Billet » !

 

Petite Classique

 

Le point de vue exprimé par Petite Classique ne reflète pas forcément le point de vue de l’Etablissement public Salles de Concerts Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte



 

Leave a Reply



*

Philharmonie Luxembourg

Inaugurated in 2005, the Philharmonie Luxembourg now hosts over 400 events a year (classical music, jazz, world music, new music) and is one of Europe’s main concert halls. it is also the home of the Orchestre Phiilharmonique du Luxembourg.

About the Philharmonie

Categories

Archives


Copyright © 2010 Philharmonie Luxembourg | Powered by Wordpress ContactImprint